CONSULAT GÉNÉRAL HONORAIRE -
           
UNIR les Togolais
Quelques heures après la dissolution du Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir), un nouveau parti lui a succédé. Union pour la République (UNIR) créé  à Atakpamé le 14 avril 2012 (160 km au nord de Lomé). UNIR a pour ambition de s’ouvrir à toutes les formations politiques, à toutes les sensibilités, à tous ceux qui partagent les idéaux du Président Faure Gnassingbé.
 
                                      
Dénommé UNION POUR LA REPUBLIQUE, en sigle UNIR, le nouveau parti vise à offrir aux Togolais un nouveau cadre d’expression politique qui leur permettra de fédérer toutes les énergies, au-delà des clivages politiques, sociaux et religieux, en vue de bâtir un Togo nouveau dans l’union, la concorde nationale et la prospérité.
La consolidation de la relance économique, l’amélioration des conditions de vie des populations togolaises et en particulier de ses couches les plus vulnérables seront au cœur de l’action du parti. 
 
 
Togo ambitionne de faire du PAL, le port de transbordement  vers les autres ports de la région. Son tirant d’eau de plus de 14 mètres permet d’accueillir les grands navires/ Une nouvelle grue mobile au Port Autonome de Lomé
 
 
 
Projet emblématique de l’aéroport international Gnassingbé Eyadema de Lomé
Il s’agit en fait de la construction d’une nouvelle plateforme aéroportuaire de 21.000 m2, côté nord de l’aéroport actuel. A l’extérieur, le parking sera agrandi pour accueillir jusqu’à 15 avions. Embarquements et débarquements s’effectueront par passerelles. Enfin un hôtel et une galerie marchande seront construits. Le projet prévoit également une extension de la zone de fret qui permettra de gérer 50.000 tonnes, contre 15.000 actuellement.
 
 
 
Investir au Togo (SAZOF) 
 
 
 
 
 
 
Le PNUD publie une cartographie des opportunités
selon cette étude, une place de premier choix a été accordée au secteur privé pour créer des emplois et les autorités encouragent les organismes de crédit et de micro crédit à prêter davantage aux auto-entrepreneurs. L’étude propose une carte des potentialités par région et par secteur d’activité, mais également des contraintes et des risques liés. Dans de nombreuses préfectures, l’agriculture, la production animale et artisanale sont privilégiés ; dans d’autres, l’accent est mis sur le tourisme.
 
Le climat des affaires est promoteur.
Le climat des affaires s’est-il amélioré au Togo ces derniers mois? Représentants de la Banque mondiale, chefs d’entreprises, avocats et notaires ont tenté de répondre à cette question au terme d’une journée de débats à Lomé.
Pour l’ex ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé,actuellement premier ministre,Monsieur Arthème-Séléagodji Ahoomey-Zunu, la réponse ne fait aucun doute ; c’est oui. Et le Togo devrait d’ailleurs grimper dans le prochain classement Doing Business. L’amélioration est à mettre au crédit du Centre de formalité des entreprises qui permet la création d’une société dans un délai relativement court avec un minimum de bureaucratie.
Mais d’autres facteurs expliquent ces avancées, selon le ministre, l’adoption d’un nouveau code de l’investissement, la création d’une Cour d’arbitrage et les recommandations formulées par le Conseil présidentiel pour l’investissement (TPIAC).
Toutefois,il préfère rester modeste  car les chantiers de modernisation ne sont pas encore achevés. Et l’officiel de citer la mise en place du guichet unique du commerce extérieur, la création d’un centre de gestion agrée et la facilitation des permis de construire et d’obtention des titres fonciers.
 
Le Togo gagne six places
Un nouveau rapport de la SFI et de la Banque mondiale montre que 17 des 50 économies qui ont le plus amélioré leurs réglementations des affaires applicables aux entreprises locales depuis 2005 se trouvent en Afrique sub-saharienne. Bonne nouvelle, le Togo gagne six places par rapport à la précédente étude.
 
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint